jeudi 1 avril 2010

Nouveautés avril 2010

Les documents à propos de la réunion du 6 avril sur le patrimoine des écoles, l’article de Ouest-France du 19 mars annonçant cette rencontre et le compte-rendu .

Des photos inédites du chantier autour de l’école en 1998-1999.

Paulette Rouellé nous transmet le certificat d’études primaires de sa mère, Marie Cocheril, reçue brillamment en 1914 à l’issue de sa scolarité à l’école de La Garaye.

Toujours de Paulette Rouellé, une photo de son frère Bernard, costumé en breton pour un spectacle à l’école maternelle de La Garaye en 1929. A voir en page du mois de mars, à la suite de la photo de Marcel Boissière sur cette même noce bretonne.

L'introduction du dossier que j'ai déposé à la mairie de Dinan, pour que la nouvelle rue, qui sera créée entre l’école et la résidence du Parc du comte de La Garaye, s’appelle rue Marie Dagorne (du nom de la directrice de la maternelle entre 1903 et 1923)

Pour consulter ou imprimer le dossier complet, cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.scribd.com/livre_garaye3183

Une rue « Marie Dagorne »

Cinq raisons peuvent justifier que l’on donne le nom de Marie Dagorne à la rue qui se trouvera entre la rue de la Sagesse et celle de la Garaye.

1.Mlle Dagorne a été la première institutrice de l’école maternelle de Dinan au moment de la laïcisation en 1903. Les noms de la Garaye et la Sagesse rappellent les fondations de l’école au 18ème et 19ème siècle. Celui de Mlle Dagorne évoquerait une figure de l’école publique. Son nom serait un trait d’union entre la Sagesse et la Garaye.

2. Elle était très appréciée par ses contemporains.
Les qualificatifs que l’on peut lui attribuer sont :
-le dévouement (elle travaillait sans compter, bien au-delà du temps de classe, pour le seul bien des enfants)
-la tolérance (pas de polémique dans la période de laïcisation de l’école)
-la générosité (elle a même recueilli une orpheline pendant la guerre de 14-18) .

3. Elle a donné entière satisfaction sur le plan professionnel. Arrivant pourtant dans des circonstances difficiles ( Laïcisation en septembre 1903), elle a su inspirer la confiance aux familles.

4. Son rôle pendant la période de la guerre 14-18 a été remarquable dans l’école maternelle alors transformée en crèche, ouverte 24h sur 24. Elle accueillait aussi à la Garaye les assemblées générales des pupilles de la Nation. Ce serait, à travers elle, un hommage rendu à toutes les femmes qui se sont dévouées pendant ce conflit.

5.Elle est restée 20 ans à son poste à la Garaye, habitant dans l’école jusqu’à la fin de sa vie. Cette rue ne peut pas être plus près de là où elle a vécu.
Un dossier complet (lien ci-dessous) permet de se faire une idée sur la personne de Marie Dagorne (De nombreux extraits du livre « La Garaye, une école à Dinan » illustrent les 5 points).


http://www.scribd.com/livre_garaye3183

Aucun commentaire: